Partager cet article

France : Société / Immigration

L’idéologie de la victimisation

Daoudal Hebdo reviens sur les propos de Malika Sorel, d'origine algérienne et membre du Haut Conseil à l’Intégration, qui a détruit le politiquement correct en matière d'immigration à l’émission Ripostes, sur France Culture, le 26 septembre dernier (on peut retrouver l'enregistrement ici). Elle déclarait déjà en 2007 :

I "Il me semble nécessaire de prendre conscience que plusieurs facteurs ont concouru à la mise en place de cette idéologie de la victimisation, et de son corollaire, la repentance des Français, que je qualifie de stérile et contre-productive. Cette idéologie est non seulement injustifiée, mais elle constitue de surcroît un réel poison pour les enfants issus de l’immigration. […]

En ce qui concerne les migrants et leurs enfants, lorsque l’on émigre dans un pays de culture très différente, on rencontre inéluctablement des difficultés d’adaptation. Ces difficultés sont d’autant plus conséquentes que ces migrants arrivent dans une société dont le référentiel culturel est profondément différent du leur. Si de plus, la société d’accueil ne leur précise ni les codes, ni les règles qui la régissent, ni les lignes blanches à ne pas franchir (socle de valeurs fondamentales), alors inévitablement leur insertion dans cette société deviendra conflictuelle, voire impossible. […]

Non seulement notre personnel politique ne prend pas le temps de travailler sur la réalité d’un problème aussi lourd de conséquences que celui de l’intégration, mais de plus il ne semble pas réaliser que dresser sans cesse deux groupes l’un contre l’autre détruira toute possibilité de cohabitation sereine et pacifique ! Parce que j’ai eu l’opportunité de vivre parmi un autre peuple, je peux témoigner que c’est une grave injustice qui est faite au peuple français, qui a accueilli plusieurs millions de personnes en un laps de temps extrêmement court. À trop insister, cette injustice finira tôt ou tard par engendrer de fortes frustrations, susceptibles de provoquer des réactions vives et non maîtrisables. […]

Si la discrimination positive était une solution, cela se saurait, car plusieurs pays l’ont déjà expérimentée, et je dirais même en ont fait les frais. Il est édifiant de constater que l’on cherche à l’imposer, par tous les moyens, y compris par la ruse et le contournement de nos lois, aux Français qui y sont majoritairement opposés, alors que des pays tentent, au même moment, d’en venir à bout. (…) Alors qu’elle n’apportera aucune solution au problème de l’intégration, la discrimination positive produira des dégâts collatéraux sur les Français de souche européenne. Elle attisera donc les conflits et les crispations entre ceux qui seront favorisés et ceux qui seront lésés. […] Ce n’est pas parce que l’on aura effectué des nominations de personnes issues de l'immigration dans le monde de la politique ou des médias, que l’on aidera les jeunes des banlieues à s’engager dans la voie de la réussite. […] L’obtention de la nationalité française doit devenir l’aboutissement du parcours d’intégration, et certainement pas le début d’un parcours à l’issue non déterministe."

Partager cet article

5 commentaires

  1. Quelle influence aura le discours de bon sens de cette femme sur le cours des choses et pour retarder sinon empêcher le drame?
    Elle aura le mérite d’avoir dit une vérité vécue dans leurs chaires par des millions de gens, gaulois et immigrés, qui se sont exprimés calmement et dans le cadre prescrit par la loi depuis des années. Et puis?
    “La possibilité de cohabitation sereine” :
    je ne vois pas qu’elle pût jamais exister dans notre terre de France, avec des gens qui ne veulent pas nous ressembler et qui, disons-le, ne le peuvent pas dans leur immense majorité du fait d’un écart social et culturel incommensurable entre le fellah et le gaulois d'”en bas”.
    [Si vous réagissez ainsi, vous n’avez plus qu’à aller vous enfermer dans votre cave.
    Malika Sorel, d’origine algérienne est membre du Haut Conseil à l’Intégration. Elle a parlé sur France Culture. On peut donc estimer qu’elle peut avoir de l’influence et que ‘tout’ n’est donc pas perdu. MJ]

  2. Toutes ces prises de position courageuses sont à relayer et diffuser aussi abondamment.
    Elles prouvent que nous n’avons pas le monopole du bon sens, ce qui est déjà rassurant, et nous fournissent des armes supplémentaires dans la discussion .

  3. Aaaah… intelligence, bon sens, et capacité à se faire comprendre clairement : un courant d’air frais et vivifiant pour chasser ces effluves aveuglantes ! 🙂
    + 1000 à Malika Sorel !

  4. [ M. JANVA, je ne peux pas garder la fenêtre de rédaction trop longtemps ouverte sans risquer de perdre les données que refusera le site, j’ai donc transmis un message inachevé, mais soit, tout n’est pas encore perdu.]
    N’ayant donc pas vocation, comme mes compatriotes, à me terrer à la cave, comme si le ciel allait nous tomber sur la tête, je poursuis :
    le constat de ce qui se déroule dans les zones de non droit et dans un nombre toujours plus grand de centres villes, d’où sont partis quasiment tous les français de souche, est qu’il n’y a pas/plus de cohabitation car la sérénité a disparu depuis lontemps, dans les têtes et dans la rue. C’est le schéma de la spoliation répétée, de la fuite pour les nationnaux dans un coin meilleur, de la communautarisation, du délitement de la société. Or des pans entiers du territoire national sont abandonnés et colonisés. Ca fait mal.
    L’idéologie du “vivre ensemble” est une méchante plaisanterie de bisounours pour ceux qui finissent ruinés. La jeunesse française a de quoi s’en désespérer. Ce phénomène guette beaucoup de monde.
    La sérénité ne viendrait pas de la cohabitation mais de la fusion née d’une assimilation volontaire et assumée qui fait qu’on adopte les moeurs et les coutumes du pays d’accueil, que l'”autre” fini par n’être plus un étranger.
    La bonté des Français le permettait.
    Ethos

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services