Partager cet article

Environnement

Le climat mondial se réchauffe-t-il ?

Le climat mondial se réchauffe-t-il ?

****************************************************
* LA SCIENCE A L’ENDROIT ! Conférence en ligne sur le climat. *
****************************************************
===
Chapitre 1 : Le Giec pour les nuls

Chapitre 2 : Le réchauffement climatique anthropique fait consensus à 97%. Vraiment ?

Episode 3 : Y a-t-il un complot pour faire taire les opposants au Giec ?

===
Chapitre 4 : Le climat mondial se réchauffe-t-il ?

Cette question est logiquement le point de départ des interrogations liées aux variations climatiques dont on nous rebat les oreilles depuis maintenant plus de 30 ans (premier rapport du Giec en 1990), devenues l’ennemi public numéro un, soi-disant causes de tous les maux de l’humanité, et horizon de l’extinction de l’humanité !

Dans les faits, tout dépend de quoi l’on parle, et des référentiels utilisés. Voyons cela.

En l’espace de 30 ans, le discours du Giec (organisme officiel de l’ONU en charge de l’étude de l’impact humain sur le climat, cf. chapitre 1) dont les rapports servent à orienter les politiques de tous les pays du monde, a varié. Passant en 1990 (rapport AR1) d’une notion de « réchauffement global », à une notion de « dérèglement climatique » vers les années 2010, à enfin une notion « variabilité climatique » depuis 5 ans environ. Et sachez qu’avant cette période, dans les années 1970, les premières études sur le sujet donnaient des projections allant vers un refroidissement de la planète (1). Ainsi le célèbre magazine Times fera plusieurs de ses Unes sur l’ère glaciaire qui s’annonce (numéro de janvier 1977 titré : The Big Freeze). Bref, les théories varient aux grès de nombreux paramètres, dont on fait l’opinion publique…

Les projections actuellement mises en avant vont d’un scénario positif avec une augmentation +1.5°C, à un scénario négatif à +5°C, pour la fin du siècle. L’objectif cible de toutes les politiques étant de rester sous les +2°C. Qui n’a pas entendu parler de cette valeur des 2°C repris en choeur par tous les thuriféraires de la cause climato-alarmiste ? Mais au fait, savez-vous d’où vient ce chiffre qui selon certains établit une frontière terrible entre le gérable et la catastrophe ?

Contrairement à ce que l’on nous laisse croire, les 2°C ne sont absolument pas issus d’un calcul scientifique ! Ce chiffre provient d’une discussion entre chefs d’Etats, lors de la COP 15 (Conference Of Parties), en 2009 à Copenhague. Pour mémoire, cette COP a été officiellement présentée comme le « sommet de la dernière chance » (1.1). Sommes-nous tous morts depuis ? Non. Le taux de CO2 a-t-il diminué ? Non, il a même augmenté. Mais, cela fait partie de la stratégie du Giec que de maintenir une peur latente auprès des populations, ainsi l’argument de la « dernière chance » est-il utilisé depuis les années 1990. Et en 2050, soyez certains que se tiendra à nouveau le « sommet de la dernière chance »…Mais revenons à la COP de 2009.

Pour qu’un texte soit validé lors d’une COP, il faut l’unanimité de tous les participants, soit 195 pays + l’Union Européenne (on rappellera que les engagements ainsi pris par les Etats ne sont pas contraignants, il sont juridiquement nuls, c’est juste une intention). Comme une unanimité est impossible, depuis de nombreuses années, les textes étudiés et votés comportent diverses mentions qui sont mises entre crochets [ ] pour signifier qu’il y a un désaccord et noter ainsi les différentes versions.

Durant les COP, des délégués gouvernementaux essayent de se mettre d’accord sur des textes, avant que le dernier jour, les chefs d’Etats ne viennent pour signer et faire la photo. Mais voilà qu’en 2009 à Copenhague, personne n’est d’accord sur rien ! Pour beaucoup d’analystes, cette COP est un échec. Le président Sarkozy, lors de la conférence de presse (1.2), reconnaîtra que le système onusien est « à bout de souffle ». Cette COP a été tellement délétère, que pour la première fois, il n’y a pas eu de photo finale avec tous les chefs d’Etats…

Parmi les divers sujets clivants, il y a une véritable guerre politique concernant la cible de limitation de température. Wikipédia (2) de rappeler : « la COP 15 a abouti au premier accord réellement mondial visant à ne pas dépasser une augmentation moyenne de 2 °C en 2050 par rapport à l’ère pré-industrielle soit 1850, et non pas à 1,5 °C comme le souhaitaient vivement les représentants des pays insulaires (AOSIS), le G77, la Chine et l’Alliance bolivarienne pour les Amériques. » Ainsi dans le document avant signature, nous trouvons plusieurs températures pour fixer la limite à ne pas dépasser qui s’étalent de +1,5°C à +4°C, en fonction des souhaits des pays. Cet écart (important puisque la variation est presque du simple au triple) de vision des choses vient du fait que la cible en matière de plafonnement de l’hypothétique augmentation de la température implique des restrictions drastiques en matière d’énergies, de production, bref de niveau de vie des pays.

Le 18 décembre 2009, les chefs d’Etats arrivent sur site et font le constat d’un blocage de la situation. Dès lors, soit-il faut annoncer aux médias et au monde la vérité, et dire que personne n’est d’accord sur rien, soit, on trouve quelque chose à mettre en avant pour cacher le reste. Ainsi, durant plusieurs heures, quelques chefs d’Etats, dont les USA, vont s’enfermer à huis clos pour trouver une solution. « Quelques » car il en reste 26 sur les 196 qui participent à la COP ! Les autres sont déjà repartis, et notamment le représentant de l’UE qui n’a donc pas participé à la discussion. Les valeurs les plus hautes sont rapidement écartées car en termes de communication il est impossible d’arriver à un consensus sur une valeur haute, ce qui ressemblerait à un aveu d’échec et entraînerait la colère des partis écologistes qui sont craints par nombre de gouvernements occidentaux. Finalement ce petit groupe va se mettre d’accord sur le chiffre de 2°C. Sorte de compromis entre 1,5°C voulus par certains, les plus intransigeants, et 4°C demandés par les plus souples sur la question.

Dans cette salle, personne ne sait vraiment ce que cela implique, ni si c’est réaliste ou non, il n’y a aucun scientifique ni aucun conseiller, c’est de la pure politique. François Gemenne, chercheur à Science Po Paris, spécialiste en géopolitique climatique, et proche du Giec, qualifie dans un article paru dans l’Express (2.1), de « compromis politique » ce chiffre de 2°C. Nous parlons bien ici de politique, et que de politique…

Ce qui compte, c’est de trouver au moins un « truc » sur lequel on est d’accord. Ensuite, les communicants prendront le relais et tout un battage médiatique sera fait sur ce fameux 2°C comme étant issu d’une mûre réflexion. Malgré tout, la séance plénière de clôture qui suivra verra plusieurs pays, dont Tuvalu, toute l’Amérique du Sud et de nombreux pays Asiatiques, finalement refuser de signer le texte (3). En effet sur les 196 pays, 102 avaient explicitement demandé une limitation à +1,5°C…

La COP 15 se referme donc sur un constat de désaccord, en dépit de la mise en avant de la cible des 2°C pour tenter de sauver les apparences. Dans un article publié le 18 décembre 2009 dont le titre est « Dans la confusion, Copenhague s’achève sur un échec », Le Monde, pourtant soutient du Giec, écrit : « Le projet d’accord a été qualifié de pire de l’histoire par le délégué soudanais Lumumba Stanislas Dia-Ping, dont le pays préside le G77, représentant 130 pays en développement. Pour le moment, il n’y a pas d’accord, a-t-il insisté, juste un projet de déclaration qui doit encore être entériné. ».

Les célèbres 2°C ont donc été décidés sur un « coin de table », par quelques chefs d’Etat, indépendamment de toute réalité ! Il ‘s’agit de communication et pas de science. D’ailleurs, si ce chiffre était issu d’un véritable calcul scientifique, il est très peu probable qu’il n’ait aucune décimale… Le point final de cette affaire aura lieu lors de la COP 21 (qui s’est tenue à Paris), où, sous la pression des Etats Unis représentés par Obama, la limitation à + 2°C pour l’année 2100 sera sanctuarisée (4). Un moyen comme un autre de montrer des signes de bonnes volontés aux écologistes et aux populations qui sont maintenues sous une chape de peur.

Ce point étant précisé, regardons ce qu’il en est de la variation de la température.

Tout d’abord, il faut savoir que le Giec utilise une notion de TMAG (Température Moyenne Annuelle Globale) quand il parle d’une augmentation de température. Et ce point pose déjà problème à de nombreux scientifiques. En effet, une température moyenne de la Terre ne veut strictement rien dire. C’est un raccourci qui a été fait pour les résumés à destination des politiques. Il n’y a pas et il ne peut pas y avoir de température moyenne pour toute la Terre. C’est comme si je vous donnais la température à Sydney qui se trouve dans l’hémisphère sud, alors que vous habitez Paris, en estimant que c’est plus ou moins la même chose ! D’autre part, autant sur les continents nous disposons de nombreuses stations météorologiques qui font des relevés précis de la température, autant sur les Océans et les mers seules quelques bouées embarquent des appareils de mesure, et nous en avons une vision très parcellaire car il est impossible de mailler les océans de centaines de milliers de bouées. Or, la partie liquide de notre planète représente 70% de sa surface. Donc, sur 70% de la surface de la Terre nous ne disposons pas de relevés avec un maillage suffisant. Pour être tout à fait complet, il existe aussi des relevés des températures via les satellites, mais là encore, en ce qui concerne les Océans, les mesures s’effectuent en quelques points. En conclusion, la TMAG est une notion purement théorique et qui s’appuie sur un modèle très approximatif concernant la plus grande surface effective de la planète.

Néanmoins, cette valeur de la TMAG est communément utilisée pour globaliser des calculs, et s’agissant d’un concept simple (une seule valeur) elle se prête aisément à une diffusion médiatique. Dès lors, cette Température Moyenne est très souvent mise en avant.

Pour répondre concrètement à la question de la variation de température actuelle, interrogeons le Hadley Center (5), qui est un organisme scientifique anglais, spécialiste du climat, référencé par l’ONU et le GIEC (toujours pas de données complotiste ici…), et qui donne des séries de relevés planétaires depuis l’année 1850. Cet organisme est parmi ceux faisant le plus autorité en la matière. Il publie régulièrement un indice TMAG, constitué de la mesure de température des océans (appelé HadSST) et des surfaces émergées (appelé CRUTEM), qui, grâce à une formule mathématique, qui va pondérer les deux valeurs en fonction de plusieurs critères (7), permet de sortir cette fameuse Température Moyenne Globale. Qui comme déjà dit, n’est qu’indicielle.

Fin 2020 (7), le Hadley Center, indique que la variation de température moyenne est de + 1,15°C.

Ce chiffre est le référentiel admis par le GIEC, mais aussi par les laboratoires scientifiques qui sont en désaccord avec les orientations du Giec. On notera que d’autres organismes donnent eux une variation de +0,6°C globale (notamment Météo France (8) ). Ceci nous démontre la difficulté en la matière pour établir des chiffres à un tel volume de données. En conclusion, la température moyenne de la Terre a augmenté d’une valeur comprise entre + 0,6°C et + 1,15°C.

D’une façon générale, la valeur communément admise est de +1°C d’élévation de la TMAG.

La réponse à la question qui forme le titre de cet article, est donc oui. Nous faisons bien face à une variation positive de la température qui est d’environ +1°C de 1850 à 2020, soit en 170 ans. Wikipédia (organisme politiquement correct) de relater une période un peu moins longue mais proche : « Depuis 1880, la température moyenne à la surface de la Terre s’est réchauffée de 1 °C (10) », dans sa page sur le réchauffement climatique.

Cette valeur est donc celle retenue et validée par les Etats, elle a un caractère officiel.

Se posent alors deux questions :

A/ Tout d’abord, quel est le référentiel de cette augmentation, autrement dit, +1°C par rapport à quoi ?

Le GIEC retient comme point de départ l’année 1850, soit le début de l’industrialisation. C’est là un choix qui est critiquable, car sur une plus grande période, ou sur une autre période, la valeur de la variation serait différente, voire négative… Mais, rappelez-vous que le rôle du GIEC (cf. chapitre 1) n’est pas d’étudier le climat au sens large du terme, mais l’influence de l’Homme sur le climat. Dès lors, l’analyse commence à une période où l’activité industrielle humaine devient de plus en plus forte et où, de facto, quel que soit la variation climatique mesurée par la suite, la corrélation avec l’activité humaine devient un postulat alors facile à imposer… Tout ce qui arrive depuis 1850 (révolution industrielle), pas seulement le climat, est nécessairement de la faute de l’Homme. C’est du moins la lecture imposée par les mouvements écologistes inter-mondialistes.

Maintenant, prenons un autre angle de vue : La NASA a publié un graphique (https://data.les-crises.fr/images/1300-climat/1340-rechauffement-global/planete-temperature-moyenne-2.jpg) qui représente la variation de température moyenne de la Terre depuis 1880 à 2012 en prenant comme référentiel la période 1950-1980 soit le début de la variation. Si vous regardez ce graphique (qui est tout ce qui a de plus officiel), vous voyez une amplitude qui va de -0,4°C à +0,6°C, soit une variation de +0,2°C. Ce calcul qui relève de mesures produites par un organisme adoubé par l’ONU, donne donc un chiffre différent… Preuve que la mesure d’une variation dépend avant tout du référentiel retenu…

Idem si vous comparez la variation de température à fin 2020 avec la température moyenne en Europe du Nord au XIIe siècle, eh bien vous trouveriez qu’il n’y a aucune variation, voire même en fonction de la date une variation de -2°C, oui, négative… (cf. point B ci-dessous et l’Optimum médiéval). Et, pourquoi ne pas analyser la variation depuis le début du XXIe siècle, période où des pays comme la Chine et l’Inde connaissent une progression importante et donc une production de Gaz à effet de serre massif ? Dans ce cas, la variation de TMAG de 2000 à 2020 n’est plus que de + 0,3° C. Vous souhaitez regarder une autre période ? : De 1880 à 1930, la variation est là de … 0°C !

Enfin, si on prend un très grand référentiel (graphique ci-dessous des relevés en Antarctique), soit une période de 400 000 ans, on se rend compte que la planète a connu des périodes glaciaires d’environ 100 000 ans, et des périodes plus chaudes d’environ 15 000 ans. Si nous prenons comme référentiel la dernière période chaude, de façon à voir si nous sommes dans un cadre « normal », entre la période glaciaire de Riss et celle de Würm, alors que nos ancêtres étaient déjà sur la Terre, la température moyenne est estimée à +19°C (contre 15°C normalement), soit une variation de + 4°C environ. Par rapport à cette période, nous faisons donc actuellement face à une variation de… -3°C.

B/ La seconde question est de savoir si ce chiffre de +1°C mérite notre affolement ? Doit-on considérer que notre « maison brûle » comme l’avait dit Jacques Chirac, alors président, lors du IVe Sommet de la Terre en septembre 2002 ?

Ce qu’il faut savoir, c’est que depuis son origine, le climat de la Terre est en perpétuel mouvement, même si les conditions extrêmes d’il y a quelques millions d’années n’ont plus cours. Mais, sur les 200 000 dernières années, nous avons connu de fortes variations entre des périodes glaciaires et des périodes plus chaudes. Nous pourrions donc estimer que la variation actuellement enregistrée n’a rien d’anormale. Cependant, les tenants de la thèse climato-catastrophique balaient cela du revers de la main, expliquant que ce qui est catastrophique ici, c’est la vitesse à laquelle cette progression se réalise (+1°C depuis 1850).

Sauf que cet argument ne tient pas vraiment. En effet, +1°C en 170 ans n’a rien d’extraordinaire, et nous avons connu mieux, ou pire selon les points de vue, dans notre histoire. C’est ce que l’on appelle en science des événements hyperthermiques.

Vers l’an 900 à l’an 1350 environ, la planète va connaître un réchauffement (10) que les historiens appellent « Optimum médiéval ». Sur cette période d’environ 450 ans, les températures vont augmenter en moyenne de + 2°C, avec localement dans l’hémisphère Nord, +4°C, par rapport à la moyenne standardisée à 15°C. Ces mesures sont données par le professeur Lamb, paléontologue, de l’Office Météorologique d’Angleterre (http://www.climateaudit.info/pdf/others/lamb.ppp.1965.pdf). Et ce réchauffement a été constaté pour toute la Terre, car des mesures similaires ont été faites dans les sédiments du lac Nakatsuna au Japon, mais aussi en Antarctique, ou encore dans la baie de Chesapeake aux USA. On notera que cette période de réchauffement a été une période faste sur le plan économique et le développement de la population, surtout en Europe. A cette époque nous avons trace de vignes bien au-delà des zones actuelles (plus au Nord), et nous savons que par exemple les glaciers des Pyrénées étaient beaucoup moins étendus qu’actuellement. La variation a été de +2°C à +4°C (en fonction des zones et des périodes), avant de décroitre. Cette décroissance a donné lieu à ce que les historiens appellent le « petit âge glaciaire » qui va s’étendre du XVe au milieu du XIXe siècle, correspondant à une faible activité solaire. Nous savons, par exemple, que la Seine est restée gelée durant 56 jours, du 26 novembre 1787 au 20 janvier 1788 ! Difficile de prétendre que ces changements climatiques extrêmes sont le fait de l’activité humaine, encore moins qu’ils ont provoqué la fin de l’humanité…

Avant cela, vers -250 à -400 avant JC, un autre pic de chaleur est enregistré, appelé « l’Optimum romain », une période où il y avait des vignes en Angleterre, en Belgique ou encore au Danemark. Bien que les estimations soient difficiles à calculer avec précision, nombre de spécialistes estiment que l’Optimum romain, a été plus chaud que l’Optimum médiéval. Il faisait alors bon vivre à Rome, mais aussi à Athènes, selon les écrits du philosophe grec Théophraste décédé en l’an -287, et qui nous a laissé divers chroniques sur son siècle. Il en ressort une estimation officielle d’une variation de la température moyenne autour du bassin méditerranéen de 16,4 °C à 22,7 °C avec une valeur moyenne de 19,5 °C, sur une période de 150 ans (étude publiée dans Nature en date du 26 juin 2020 (10.1) ) .

Il y a donc 2 000 ans, la Terre a connu un réchauffement dont la moyenne est estimée à 19,5°C, soit +4,5°C par rapport à la moyenne standard de 15°C. Ces 4,5°C étant une moyenne, cela implique que sur certaines zones la variation de température est plus élevée avec un maximum estimé à +9,2°C de variation positive…. Grâce à ce réchauffement, le célèbre Hannibal traversa les Alpes avec ses éléphants en 218 avant JC pour attaquer Rome, ce qui lui serait impossible à notre époque !

Comme vous le voyez, les variations de températures et de climat font partie des cycles de notre planète. Rien que sur les 3 500 dernières années, les paléontologues identifient 4 Optimum : Minoen, Romain, Médiéval et Actuel. En l’état actuel des choses, une variation de +1°C sur 170 ans n’a rien d’extraordinaire, ni d’alarmant, si on la compare aux Optimum précédents (+4,5°C pour l’Optimum romain).

Nonobstant ces faits indiscutables, la communication faite autour de ce +1°C prend une dimension millénariste de fin du monde, nous expliquant que nous faisons face par exemple à des canicules mortelles jamais vues. En 2003, la canicule a fait 19 000 morts en France, soit 0,03% de la population. Bien entendu tout cela était la faute à l’Humanité polluante et au CO2. Sauf que la canicule (mesurée et notifiée…) la plus meurtrière en France a été celle de 1911 (10.2) qui a duré 70 jours (du 11 juillet au 13 septembre), avec des journées à plus de 40°C, un record absolu, et qui a fait 49 000 morts, soit rapporté à la population d’alors 0,13%, quatre fois plus qu’en 2003 ! Et pourtant en 1911, même les climato-alarmistes ne peuvent accuser les Gaz à effet de serre anthropiques…

Bref, ce +1°C dit qu’il n’y a pas d’urgence climatique !

« La deuxième raison de chercher des économies du côté du climat est qu’il n’y a pas vraiment d’urgence environnementale. Lire : climatique, puisque le souci du climat a évincé celui de l‘environnement, notamment en France, où il n’y a plus un ministre de l’Environnement depuis longtemps, mais plusieurs ministres de la Transition écologique. La lutte contre le « dérèglement climatique » (comme s’il y avait un règlement climatique) est devenue une religion : avec ses pontifes, ses dogmes, ses catéchismes, ses conciles, ses zélotes, ses interdictions, ses prescriptions, ses proscriptions, ses taxes, ses subventions – et ses profiteurs. » (10.2) Ce texte est écrit par un spécialiste de l’environnement, non-complotiste puisqu’à un haut poste d’une administration officielle. Il s’agit de M. Rémy Prud’homme, ex- Directeur-Adjoint de la Direction de l’Environnement de l’OCDE.

Autre fait marquant à connaître, mais pas des moindres, la TMAG est restée stable de 1995 à 2010. Cette stabilité a été confirmée par le Climatic Resarch Unit (11) (CRU), et finalement reconnue par le Giec (11.1). Oui vous avez bien lu, il n’y a eu aucun réchauffement mesuré de 1995 à l’année 2010 ! Ce qui n’a pas empêché les médias et le Giec durant cette période de 15 ans, de continuer à parler de réchauffement et à souvent diffuser de fausses valeurs, sous couvert de « projection potentielle ». La réponse du Giec, qui dans son rapport de 1990 n’avait absolument pas prévu cela, tient en une phrase, un mantra : « il s’agit d’une pause ponctuelle, mais ensuite, cela va être pire… » Posez-vous la question de savoir pourquoi vous venez de découvrir cette information, qui n’est pas complotiste puisque reconnue par le Giec, pourquoi durant 15 ans vous avez continué à n’entendre que des discours catastrophiques… ?

Reste que pour les climato-alarmistes ce +1°C peut être un « domino » qui va amener bien pire, et c’est là-dessus que jouent certains organismes pour entretenir la peur avec des projections purement mathématiques et théoriques.

A ceci près qu’en fait nous constatons que c’est tout le système solaire qui se réchauffe. Le magazine scientifique Futura science titre en 2020 (12) : « L’Univers aussi se réchauffe », et introduit son article par : « Alors que le rayonnement fossile ne cesse de se refroidir depuis le Big Bang, la matière baryonique formant les halos des amas de galaxies ne cesse de se réchauffer selon un groupe de cosmologistes ayant analysé des observations faites notamment avec le satellite Planck ».

Sauf erreur de ma part, il ne me semble pas que ce réchauffement soit d’origine humaine ! La totalité de l’énergie calorifique de notre système solaire est produite par le Soleil, qui, dû à ses cycles et variations, réchauffe tout ce qui se trouve dans son champ gravitationnel dont la Terre. Dit autrement, le réchauffement terrestre de +1°C est naturel, et rentre dans le cadre des variations climatiques qui font partie des cycles de l’univers. Toutes les planètes de notre système sont concernées… Ce postulat, implique également qu’il est très probable qu’après une période de réchauffement, le système solaire et donc la Terre connaîtront une période de refroidissement (diminution de l’activité solaire selon les cycles connus vers 2040 – 2050 (12.1) ) comme c’est le cas depuis… 3 milliards d’années.

Il est important de comprendre qu’en matière de projection de l’état du climat il est très difficile, voire impossible de faire des calculs fiables (équations chaotiques), nous ne disposons pas de la technologie pour cela. Les projections à 50 ou 100 ans proposées par le Giec sont dénoncés comme fantaisistes par une bonne partie de la communauté scientifique, pour la simple et bonne raison que notre civilisation est pour le moment strictement incapable de projeter des données climatiques fiables au-delà de quelques semaines.

Ainsi en 2017, une équipe formée de plusieurs experts sous la direction du laboratoire de météorologie dynamique de l’Université Pierre et Marie Curie et du CNRS indiquait explicitement que le « réglage » des modèles utilisés par le GIEC était non documenté, opaque, subjectif, et le plus souvent biaisé pour atteindre les propriétés souhaitées (13). Il s’agit bien là d’une publication officielle d’un laboratoire du CNRS.

Enfin, tout récemment, au mois de mai 2022, le support scientifique le plus réputé et pourtant favorable au Giec, Nature, a publié un article (Reconnaître le problème du modèle chaud) signé par le GISS (Goddard Institute for Space Studies de la NASA), organisme certifié par l’ONU et le Giec, où il est fait part du fait qu’il existe bien un problème avec les modèles de projection du climat (14). On peut y lire : « Le modèle qui consiste à prendre en compte la moyenne des résultats de tous les modèles pour prévoir l’avenir thermique de la planète n’est plus valable. Il est recommandé d’exclure les modèles qui chauffent trop pour ne conserver que ceux qui donnent des résultats probables ou d’effectuer des pondérations statistiques pour réduire l’impact des surchauffeurs. » En Français : pour la première fois des experts proches du Giec reconnaissent que les modèles mathématiques de projection du climat « chauffent trop », dit autrement, donnent des résultats fantaisistes à la hausse. Pour mémoire, cela fait plus de 20 ans que de très nombreux scientifiques, mis à l’index, pointent du doigt ce problème qui est en fait au cœur de tout, à commencer par Benoît Rittaud (mathématicien français spécialistes des équations chaotiques et président de la ‘association des climato réalistes).

En conclusion, oui la Terre est dans un cycle de réchauffement, oui la probabilité que cette variation soit naturelle est très élevée, non cela n’est pas anormal, non 1°C en 170 ans n’établit pas un record, oui les autres planètes se réchauffent aussi, oui il est très probable qu’un refroidissement interviendra dans quelques décennies, et non en l’état de nos connaissances personne n’est en mesure de prévoir l’évolution sur les 30 ou 50 ans à venir.

Jacques Laurentie
Ingénieur
Auteur (Un autre son de cloche, et Face aux miracles -à paraitre-, éditions Téqui)

==

(1) https://www.revueconflits.com/refroidissement-climatique8748-2/

(1.1) https://www.lejdd.fr/Ecologie/Climat/Actualite/Le-sommet-de-la-derniere-chance-155799

(1.2) https://www.lejdd.fr/Ecologie/Climat/Copenhague-minute-par-minute-158955-3280418

(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Conf%C3%A9rence_de_Copenhague_de_2009_sur_les_changements_climatiques#:~:text=Quinzi%C3%A8me%20%C3%A9dition%20du%20sommet%20annuel,%C3%A0%201%2C5%20%C2%B0C

(2.1) https://www.lexpress.fr/actualite/societe/environnement/cop-21-pourquoi-veut-on-limiter-a-2-c-le-rechauffement-climatique_1740129.html

(3) https://www.lemonde.fr/le-rechauffement-climatique/article/2009/12/18/un-accord-non-contraignant-obtenu-in-extremis-a-copenhague_1282914_1270066.html

(4) https://www.letemps.ch/monde/cop21-etatsunis-ont-pese-negociations

(5) https://www.metoffice.gov.uk/weather/climate/met-office-hadley-centre/index

(6) Le Hadley Center effectuer un maillage de la planète par carrés de 5° de coté (latitude et longitude) auxquels il affecte une mesure de température si possible, sinon une estimation en fonction des zones attenantes.

(7) https://crudata.uea.ac.uk/cru/data/temperature/

(8) http://www.meteofrance.fr/climat-passe-et-futur/le-rechauffement-observe-a-l-echelle-du-globe-et-en-france

(9) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rechauffement_climatiqueelevation_recente_des_temperatures_atmospheriques_moyennes

(10) http://www.climateaudit.info/pdf/others/lamb.ppp.1965.pdf Etude établie en 1964 par H. Lamb, paléologue.

(10.1) https://www.nature.com/articles/s41598-020-67281-2?utm_source=CCNet+Newsletter&utm_campaign=30ad7c5ce1-EMAIL_CAMPAIGN_2020_07_24_03_53_COPY_01&utm_medium=email&utm_term=0_fe4b2f45ef-30ad7c5ce1-36415357&mc_cid=30ad7c5ce1&mc_eid=b9fdc60fd9

(10.2) https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2022-07-12/ete-1911-la-canicule-oubliee-la-plus-meurtriere-en-france-73ff3a43-ef07-4453-abf5-1cd1a4c89a6a

(10.3) https://www.climato-realistes.fr/le-climat-comme-gisement-deconomies/

(11) https://www.dailymail.co.uk/news/article-1250872/Climategate-U-turn-Astonishment-scientist-centre-global-warming-email-row-admits-data-organised.html

(11.1) https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/la-pause-du-rechauffement-climatique-toucherait-a-sa-fin-504882.html

(12) https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/cosmologie-univers-aussi-rechauffe-84155/

(12.1) une publication de La Royal Astronomical Society (juillet 2015) indique que le 26 e cycle du soleil (2030-2040) marquera une réduction de l’activité solaire de 60% réunissant ainsi les conditions d’un nouveau “minimum de Maunder” (refroidissement). http://solarscience.msfc.nasa.gov/SunspotCycle.shtml

(13) https://journals.ametsoc.org/view/journals/bams/98/3/bams-d-15-00135.1.xml

(14) https://media.nature.com/original/magazine-assets/d41586-022-01192-2/d41586-022-01192-2.pdf

Partager cet article

23 commentaires

  1. Il est intéressant de noter sur la carte donnée par le lien ci-dessous que l’augmentation de température n’est pas uniforme sur la planète et que certaines zones représentant grosso-modo la moitié de sa surface subissent un refroidissement depuis les années 1979 à 2000. Bien-sûr les autorités “autorisées” n’en disent mot.
    https://climatereanalyzer.org/wx_frames/gfs/ds/gfs_world-ced_t2anom_1-day.png

    • Oui tout à fait. Mais il serait trop long de tout détailler, je me dois donc d’aller à l’essentiel dans mes présentations.

      C’est bien le problème de la TMAG qui donne une moyenne qui est à peine pondérée entre terre et océan, mais non en ce qui concerne la latitude et les spécificités d’un lieu donné…

      Rdv la semaine prochaine pour la suite, nous parlerons du rôle du CO2 dans tout cela….

      Bien à vous,

      • Bonjour,
        Mais avez-vous regardé la carte que @collapsus présente ?? Aucun de vous deux n’a compris ce qu’elle présentait et vous lui faites dire n’importe quoi ! Cette carte est issue du modèle météo américain GFS et elle indique à la date du 1er août 2022 les anomalies thermiques à 2m de hauteur de la surface du globe avec comme base les températures moyennes calculées entre 1979 et 2010.
        Cela ne montre pas un quelconque refroidissement de 1979 à 2010 à certains endroits du globe.
        En lisant les indications en bas de la carte, on constate qu’à la surface du globe, la température est supérieure de 0,3°C pour la journée d’aujourd’hui par rapport à la moyenne des températures prises entre 1979 et 2010. Et après, on regarde pour l’antarctique, l’hémisphère sud, etc…
        Et puis, d’autre part, il n’existe aucune station en France qui a dépassé la barre des 40°C entre juillet et septembre 1911. Il n’y a donc pas non plus de record absolu : https://www.meteo-paris.com/chronique/annee/1911
        Vous utilisez le même procédé que vous reprochez à vos adversaires : vous communiquez de fausses informations (et vous faites dire n’importe quoi aux cartes).

        • Non ils ont raison d’écrire “l’augmentation de température n’est pas uniforme sur la planète et que certaines zones représentant grosso-modo la moitié de sa surface subissent un refroidissement depuis les années 1979 à 2000”.

          Le graphe montre, pour le 1er août 2022, un refroidissement au SUD, et un réchauffement au NORD par rapport à 1979-2000.
          Globalement, pour le 1er août 2022, par rapport à 1979-2000, il y a un réchauffement de +0,3°C, mais localement ce n’est pas uniforme.

          Il n’y a donc pas tromperie.
          Donc ne dites donc pas “Vous utilisez le même procédé que vous reprochez à vos adversaires”.
          C’est une accusation non fondée.

          • Bonjour,
            Je n’avais pas vu votre réponse.
            Ce graphe n’indique pas un quelconque réchauffement ou refroidissement mais un écart aux températures moyennes des années 1979-2000.
            Donc, mon accusation est fondée : ils font dire au graphe ce qu’ils ont envie de croire et non pas ce qu’il indique.

        • Cher monsieur,

          rassurez vous, nous savons parfaitement interpréter cette carte, qui donne des infos pour 1 journée, qui n’est qu’un indicateur. Ce qui ne retire rien à la remarque de collapsus, à savoir que la variation de température est très hétérogène de par le Monde. Le +1°C de TMAG ne nous indique aucunement que la variation de certaines zones ne soit pas négative… D’autre part, vous noterez sur ladite carte (produite par le Source Climate Change Institute, Université du Maine), indique un écart négatif pour l’Antarctique par rapport à la période 1979-2000…

          “Vous utilisez le même procédé que vous reprochez à vos adversaires : vous communiquez de fausses informations (et vous faites dire n’importe quoi aux cartes).” : merci donc de m’indiquer dans mon article un seul passage pouvant illustrer votre propos négatif… ?

          Bonne journée (pas trop chaude !).

  2. Merci Monsieur pour ce travail très intéressant.
    Je note de nombreux points :
    1) Cette source est introuvable, semble t-il : http://www.climateaudit.info/pdf/others/lamb.ppp.1965.pdf
    2) Pourriez-vous distinguer dans votre vision scientifique la météo, le climat, la cosmologie et la géologie. Je crains que vous ne fassiez quelques confusions dans vos analyses, sauf erreur de ma part ;
    3) Critiquer le GIEC, un certain nombre de scientifiques…pourquoi pas. Jouer des dissensions des médias, politiciens et scientifiques pour indiquer qu’ils veulent nous faire peur… Bof, facile…et cela n’exonère pas les climato-sceptiques de démontrer une autre théorie du réchauffement.
    4) Vous ne démontrez pas que le réchauffement en cours ait pu être aussi rapide dans un autre cycle. Il y a une vraie détérioration qui impacte la biodiversité.
    5) “-0.4 à +0.6, soit une variation de +0.2°.” Oups, peut-être une erreur de calcul M. l’ingénieur !
    6) “Les projections à 50 ou 100 ans proposées par le Giec sont dénoncés comme fantaisistes par une bonne partie de la communauté scientifique, pour la simple et bonne raison que notre civilisation est pour le moment strictement incapable de projeter des données climatiques fiables au-delà de quelques semaines.” Mais si je lance 600 fois mon dé, j’ai quand même 100 chances qu’il retombe sur un 6, n’est-ce pas ? (exemp)le typique de la confusion entre météo et climat)
    7)” Idem si vous comparez la variation de température à fin 2020 avec la température moyenne en Europe du Nord au XIIe siècle, eh bien vous trouveriez qu’il n’y a aucune variation, voire même en fonction de la date une variation de -2°C, oui, négative…” Bon c’est le point de vue de Tim BALL un climato-sceptique (autant le préciser)
    8)Non, les températures actuelles sur Terre n’ont rien d’exceptionnel par rapport à son histoire géologique.
    Mais le réchauffement est 50 à 100 fois plus rapide que dans le cycle habituel des périodes glaciaires.
    Gagner 1 degré en 5000 ans c’est normal, ça laisse le temps aux espèces de s’habituer. Gagner 1 degré en 100 ans c’est beaucoup plus problématique, voilà pourquoi autant d’espèces sont menacées.

    Merci encore, cela permet de toute évidence de réfléchir et de rester ouvert à toute hypothèse, comme tout bon scientifique.

    • Quelques observations en vrac :

      La comparaison avec le dé ne me semble absolument pas pertinente : un phénomène reposant sur de nombreuses variables et difficile à modéliser n’a rien à voir avec une variable unique répétée des centaines de fois.

      Pour ma part, je ne saurais comparer la vitesse du réchauffement actuel avec celui des périodes glaciaires. D’ailleurs, autant il est possible d’estimer la température de ces époques au moyen d’échantillons, autant il me semble impossible d’estimer la moindre vitesse de manière fiable, même sur des périodes de 100 ans (ou alors il faudrait des milliers de données datables au siècle près par tranche de 100.000 ans)

      J’ajoute que si l’on compare avec les optima médiéval ou romain, la vitesse de réchauffement n’est pas forcément plus élevée.

      Enfin, parmi les théories pouvant expliquer ces variations de température, celle des variations du rayonnement solaire me parait probable .

    • Cher monsieur, permettez-moi de faire réponse à vos questions / remarques.

      2/ aucune confusion à mon niveau, soyez donc rassuré ! C’est une tentative classique des écolos ignorants que de nous renvoyer la pseudo différence entre météorologie et climat. La météo est partie intégrante du climat, ce dernier étant, selon le très officiel organisme de l’ONU Action Climat, « une variation sur le long terme de la météo en un lieu donné ». L’OMM (Organisation Météorologique Mondiale ) donnant comme référence une période de 30 ans. Bref, si vous parlez de météo vous parlez bien aussi de climat. Enfin, dans mon exposé, je fais mention de données sur des périodes bien supérieures à 30 ans…

      3/ Les « climato-septiques » comme vous dites (je suis moi-même un climato-réaliste), donnent des réponses qui me semblent bien plus solides pour expliquer les variations. Avec en tête le Soleil et le champ magnétique terrestre qui est en train de varier. La protection du champ magnétique a baissé de plus de 10% en 50 ans. Les axes magnétiques (Nord / Sud) sont en mouvements accélérés, obligeant par ailleurs les aéroports à modifier très fréquemment les numéros d’axe de pistes… Je vous renvoie aux travaux du Pr Courtillot (classé comme septique par ceux qui y ont intérêt), un des plus grands spécialistes au monde du champ magnétique terrestre.

      4/vous m’avez mal lu… je vous renvoie aux derniers optimums… Rien que le « Romain » donne des variations plus importantes qu’actuellement sur une période proche… Quant à la biodiversité, il y aurait tant à dire… Herbicides, pesticides, absence de haies, surface urbaine, … D’une part nos sociétés occidentales ont fait le choix de se débarrasser de nombres de nuisibles, ce qui vous permet aujourd’hui d’être tranquillement assis à écrire ce commentaire su SB sans vous soucier de savoir si vous aurez une bonne récolte cette année… Et d’autre part, les variations climatiques (Optimum thermique) entraînent des modifications dans la faune et la flore. Nos ancêtres le savaient, sans s’affoler…

      De la même façon de nous expliquer que les ours polaires disparaissent. Or c’est totalement faux, la population d’ours polaires est en augmentation depuis plus de 30 ans (https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/pourquoi-les-ours-polaires-se-portent-tres-bien-109384 Article de Susan Crockford zoologiste à l’Université de Victoria, spécialiste mondiale des ours polaires. https://polarbearscience.com/about-2/). Croyez bien que lorsque Hannibal traverse les Alpes, la flore et la faune qui s’y trouve alors, n’ont rien à voir avec ce que nous connaissons aujourd’hui, et n’auront rien à voir avec ce qu’il y aura dans 500 ans… 40 éléphants nécessitent plusieurs tonnes de végétaux par jour pour les nourrir, à l’époque les Alpes regorgeaient de flores…

      5/ Oui erreur de frappe, la variation par rapport au 0 référentiel est de +0,6°C. Reste que le 0,2°C est intéressant puisqu’il relève de ce que l’on appelle l’erreur de variation climatique…

      6/ pas compris, ou alors vous confondez des notions de probabilités a faible inconnue, avec des équations différentielles chaotiques … Rien à voir…

      Et oui les projections de données climatiques à 30 ans sont actuellement impossibles, le taux d’erreur est bien trop élevé. Je vous renvoie aux travaux cités dans mon texte..

      7/ Alors non, ce n’est pas que la vue de Tim Ball (classé comme complotiste par les climato alarmistes, ce qui ne vaut rien !), ce sont là des données connues, mais écartées par le Giec car ne collant pas à « la cause » comme ils le disent entre eux (cf. Chap 1 et le Climategate)

      8/ Hummm… Encore une fois, les 3 optimums depuis 3500 ans sont sur des valeurs de variations plus élevées et tout aussi rapides que nos 1°C sur 170 ans… Pour le moment, nul ne sait dans quel sens continuera la courbe, probablement +2 ou +4, peu importe… Avant de redescendre. Quant aux espèces, je vous renvoie aux éléphants d’Hannibal qui, il y a seulement 2000 ans, ont trouvé de quoi manger à leur faim au sommet des Alpes… Les choses changent, ce que les humains ne semblent pas supporter, et tentent désespérément de maîtriser des forces qui les surpassent de beaucoup ! Notre société qui se pense moderne veut tout contrôler…

      Nous verrons ces différents sujets dans les chapitres à venir.

      Bien à vous,

  3. Et bien si j’ai enfin réussi à ouvrir : http://www.climateaudit.info/pdf/others/lamb.ppp.1965.pdf

  4. Merci pour cette étude documentée.
    On observe cependant un glissement entre science et ‘foi’. J’ai pu le constater en tentant d’expliquer à un ‘alarmiste’ la fragilité de sa position: les données “non conformes” sont simplement ignorées, refusées…
    L’un de vos contradicteurs ci-dessus semble glisser dans ce travers: de quelles données peut-on se prévaloir concernant la “rapidité” d’évolution de la température dans les ‘cent-millénaires’ passés? Une question soigneusement évitée par les alarmistes est bien celle-ci: pourquoi la température a-t-elle été plus élevée qu’aujourd’hui il y a un millénaire, et à bien d’autres périodes? Si vous allez au mémorial de Luc-sur-Boulogne vous trouverez une petite pièce récapitulant les variations du climat dans le Poitou selon l’analyse des sols. En particulier celui-ci était tropical à l’âge des dinosaures où il me semble bien que l’homme n’était pas encore apparu.
    Rappelons que le gaz carbonique n’est PAS un polluant mais un élément essentiel à la vie. La désertification est associée au refroidissement de la température et non son réchauffement: lorsque l’eau est stockée sous forme solide elle circule moins, c’est aussi simple que cela.

    • Je souscris à votre commentaire, notamment sur la question de la “rapidité” car on ignore tout de cette cinétique à l’intérieur de l’intervalle de 100.000 ans. Bravo et merci à vous et au rédacteur de l’article. Lire aussi les deux récents livres de Christian Gérondeau sur la “religion écologique”.

    • En plein accord avec vous.
      L’agonie catholique, par ailleurs voulue par les ennemis de la foi, laisse un vide béant que les croyances et les dogmes imposés comblent entièrement. C’est pourquoi il n’y a plus débat contradictoire mais affrontement cultuel entre camps opposés. Les disciples du GIEC n’analysent pas la réalité brute, ils recherchent uniquement les éléments favorables à leur thèse, les isolent et les architecturent pour en faire une vérité révélée, une religion de fait. Malgré des observations qui ont toujours existé depuis la nuit des temps, il faut croire en un réchauffement climatique d’origine anthropique.
      La question est pourquoi ? Ce dogme sert en effet une coalition d’intérêts entre vieux écolos “René Dumont”, soixante-huitards, antispécistes, scientistes “de Cour”, altermondialistes, survivalistes, anticapitalistes, socialistes mondains, athées, déconstructivistes, semeurs de panique, chacun prélevant dans ce combat les justifications idéologiques qui l’arrangent : tout est bon dans l’cochon !
      Ainsi, du passé l’on peut faire table rase et imposer toutes sortes de dingueries, toutefois revêtues du sceau de la bien-pensance.

      • Merci.

        J’apporterai certaines réponses à vos question dans le chapitre 6. Le 5 (semaine prochaine) abordera le rôle réel du CO2, avant (le 6) que nous comprenions pourquoi et comment en sommes nous arrivés là, et quels sont les intérêts en causes…

        Bien à vous,

    • Merci à vous.

      Nous aborderons le rôle du CO2 la semaine prochaine, et effectivement c’est tout sauf un polluant…

  5. Merci au SB de nous donner accès à un contenu intelligent et fouillé, qui plus est très utile dans les débats de société. Ca nous change des diatribes contre l’Eglise catholique et tous ses conciles, y compris Vatican II

  6. Oui sur le principe mais uniquement sur une période de 6 000 ans 🤗😁

  7. les “experts” du giec ne sont que des fonctionnaires nommés par leurs pays d’origine, qui contresignent souvent n’importe quelle étude dirigée ; je me sens devenir complotiste (ou réaliste?)

  8. 1° s’il y a réchauffement c’est le soleil qui dirige c’est lui qui chauffe jusqu’à preuve du contraire , il n’y a que les écolos et les tordus pour ne pas se rendre compte de ça
    2° le CO2 est nécessaire pour la végétation, les arbres se “nourrissent” de CO2 et rejettent de l’oxygène, là aussi les écolos bobos gauchos devraient repartir à l’école.
    3° le GIEC qui représente-t-il? A qui profite le crime?
    4° que tout le monde se mette à genoux et prie Dieu la Vierge et tous les saints et le climat redeviendra normal mais là c’est un voeu pieu

  9. Le GIEC n’est pas composé de “milliers d’expert” mais de 98 membres dont 33 experts

    L’effectif du GIEC en mai 2022 est de 98 personnes.
    Plus d’informations là : https://www.laquestionclimatique.org/12-qualifsgiec.htm

    Sur les 33 Experts du GIEC ayant une position directement significative ou influente pour les aspects scientifiques et la rédaction du rapport de synthèse à l’attention des décideurs (celui auquel la presse et les médias se limitent généralement),

    6 experts seulement ont une formation en météorologie ou climat (4 de Chine, 1 d’Indonésie, 1 du Maroc)
    2 experts ont une formation en océanographie,
    3 experts ont une formation en physique

    Le GIEC n’étudie QUE l’influence humaine sur le climat
    Le GIEC ne s’intéresse donc QU’AUX CAUSES liées à l’HOMME, à partir d’une synthèse des publications scientifiques sur le sujet.
    Le GIEC ne fait AUCUNE recherche sur le sujet climatique et se contente de piocher dans la littérature existante.
    Cette littérature est le fruit des scientifiques du monde entier.
    C’est pourquoi le GIEC joue sur les mots et dit qu’il résume le travail de “milliers de scientifiques”.

    Si le réchauffement climatique était lié à une origine naturelle, le GIEC ne s’y intéresserait pas.
    (en plus il n’y aurait personne à taxer)

  10. Beaucoup d’intervenants sur ce forum ont besoin qu’on leur rappelle les paramètres de Milankovic. Cela me paraît être la base à bien connaître avant toute discussion. Cette vidéo très claire va les y aider.
    https://youtu.be/FTzmqjDNMmM

  11. Bonjour,

    J’arrive longtemps après la bataille 🙂
    mais le sujet est toujours d’actualité.

    Tout d’abord, merci pour ces longs articles, qui remettent le sujet en perspective.

    En deux mots, je suis climato-réaliste, contre l’hystérie dominante.
    Je me disais que la fin du pétrole était proche, et qu’il fallait commencer à penser à l’après.
    En cela, dès le début de cette histoire du GIEC, je pensais que le but était effectivement important,
    mais qu’ils prenaient de mauvais arguments (et les gens pour des imbéciles).

    J’ai néanmoins une remarque à faire sur le présent article :
    Vous écrivez que le CO² présent dans l’atmosphère bloque déjà 100% du rayonnement solaire dans la longueur d’onde concernée.
    Vous trouverez ici une vidéo YouTube de Science Etonnante sur ce sujet : https://www.youtube.com/watch?v=ewc8FBtEKPs
    (David Louapre est un scientifique qui a fait nombre de vidéos sur beaucoup de sujets scientifiques passionnants)
    A partir de 27’50” le sujet focalise sue le CO², mais l’ensemble de la vidéo est intéressante, elle résume parfaitement le sujet.
    Il y est dit que l’augmentation du CO² a bien un effet sur le blocage des IR, et c’est argumenté.

    Qui a raison ?

    En vous remerciant par avance

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services